Le projet SoyaGen a assemblé une équipe expérimentée, habituée de travailler ensemble au sein de projets et collaborations à grande échelle qui impliquent plusieurs collaborateurs et partenaires.

Chercheurs principaux et gestion

Mimee, Benjamin Ph.D.


Chercheur

Agriculture et Agroalimentaire Canada

Chercheur scientifique

Intérêts de recherche

J'ai reçu mon Ph.D. en pathologie végétale de l'Université Laval en 2008. En tant que chercheur en nématologie au Centre de recherche et de développement en horticulture d'AAC à St-Jean-sur-Richelieu, je traite des problèmes liés aux nématodes parasitaires en utilisant la génomique et les approches biomoléculaires. Mon laboratoire est particulièrement intéressé par les méthodes alternatives pour gérer les nématodes parasites des plantes dans les cultures horticoles.

430, boul. Gouin
Saint-Jean-sur-Richelieu, Québec J3B 3E6
(579) 224-3074
benjamin.mimee@agr.gc.ca
  • Ph.D. Pathologie des plantes - Université Laval
  • M.Sc. Science des plantes - Université Laval

Direction
Carolane Audette - Maîtrise - Études en cours
Sujet :

Intéraction entre la pourriture phytophthoréenne (P. sojae) et le nématode à kyste du soya (Heterodera glycines)



Direction
Anne-Frédérique Gendron St-Marseille - Doctorat - Études en cours
Sujet :

Étude de la structure des populations d'Heterodera glycines des États-Unis et du Canada et analyse des gènes associés à la virulence à l'aide de techniques génomiques et transcriptomiques    




Je participe à l'objectif 3, principalement pour le développement d'outils permettant d'identifier les pathotypes du nématode du kyste du soya (SCN; H. glycines) présents dans les champs de soya du Canada afin d'aider les utilisateurs finaux dans le développement et la sélection de variétés résistantes à cet important parasite. Dans le cas du SCN, un défi majeur réside dans la capacité de choisir des variétés présentant une résistance aux pathotypes spécifiques qui prédominent dans une zone donnée. En l'absence d'informations sur la diversité génétique H. glycines, les améliorateurs et les producteurs ne peuvent pas prendre une décision éclairée sur la façon d'exploiter la résistance génétique.

Je participe également à l'objectif 4 qui vise à combiner les approches de phénotypage et de génotypage pour identifier les gènes de résistance et les marqueurs qui peuvent être utilisés dans le développement et l'utilisation de variétés de soya résistantes au SCN au Canada. Dans mon cas, je serai en charge du phénotypage des lignées en lien avec la résistance à différentes populations de SCN.


  • Anne-Frédérique Gendron St-Marseille, Agriculture & Agri-Food Canada, Étudiante au doctorat
  • Carolane Audette, Agriculture & Agri-Food Canada, Étudiante à la maîtrise
  • Étienne Lord, Agriculture & Agri-Food Canada, Stagiaire post-doctoral
  • Guillaume Trépanier, Agriculture & Agri-Food Canada, Étudiant à la maîtrise
  • Pierre-Yves Véronneau, Agriculture & Agri-Food Canada, Technicien 


Vous pourriez vouloir en savoir plus sur...